« LE MONDE D’APRÈS » COMMENCE MAINTENANT

L’alimentation de demain. Voilà bien des années que nous entendons ces termes, que nous présageons un changement profond du système agricole et agroalimentaire qui tarde à venir. Et si la crise sanitaire 2020 était finalement l’élément déclencheur que nous attentions ? Et si en parlant « du monde d’après » nous en profitions pour faire le pas vers une alimentation respectueuse de l’environnement, plus juste et plus saine ?  Les modifications de comportements observées pendant le confinement sont le reflet d‘un changement dans l’esprit des Français et des Européens. Alors faut-il désespérer et craindre le retour des anciennes habitudes ? Ou profiter de ce premier pas pour réaliser des profonds changements, améliorant ainsi l’offre alimentaire pour permettre à tous les consommateurs de progresser et d’accéder à l’alimentation « de demain » : durable, saine et gourmande. La stratégie alimentaire présentée en mai par la Commission européenne reflète tous ces enjeux. Dans cette newsletter, nous avons sélectionné des exemples d’engagement d’entreprise, de problématiques associées ou encore de réglementation qui s’intègrent à notre sens parfaitement à la création de ce nouvel écosystème.

FROM FARM TO FORK

La nouvelle stratégie alimentaire « From farm to fork »[i]  (de la ferme à l’assiette) présentée par la Commission européenne reflète parfaitement l’ambition européenne d’une alimentation du futur durable et respectueuse pour la santé des animaux, des hommes et de la planète. L’objectif est clair : progresser vers une alimentation plus saine et un système alimentaire européen durable. La stratégie repose sur quatre grands volets : 
•    L’amélioration de la qualité nutritionnelle de l’alimentation ainsi que l’accessibilité à cette alimentation saine. 
•    La prise en compte du changement climatique et les problématiques associées concernant le secteur agricole notamment 
•    La protection de l’environnement et la préservation de la biodiversité
•    Une économie et une rémunération équitable pour l’ensemble de la chaîne alimentaire.

La crise sanitaire bouleverse les habitudes alimentaires et les préoccupations des Français. Atlantic Santé propose de vous accompagner dans l’optimisation de votre offre alimentaire avec 3 webinaires exclusifs par Nathalie Hutter-Lardeau et Caroline Nobilé :

1)Nutrition 2)Cuisine 3)Transparence.

Au programme :

•  Les enseignements de la crise

•  Le regard original d'un expert

•  Des témoignages de marques

AMÉLIORER LA TRANSPARENCE DES PRODUITS ALIMENTAIRES

En mai, le projet de loi pour le renforcement de la transparence de l’information du consommateur sur les produits agricoles et alimentaires, adopté par l’Assemblée Nationale [ii]. Le projet de loi validé par le Sénat en mars dernier, propose des mesures visant à améliorer la transparence des produits alimentaires, notamment l’origine des matières premières dans les produits comme le miel et la viande. Elle est accompagnée de dispositions visant à interdire l’utilisation des dénominations animales pour les produits contenant des protéines végétales.
 

LES EMBALLAGES ALIMENTAIRES : L’ENJEU BOULEVERSÉ OU BOOSTÉ PAR LA CRISE ?

La crise sanitaire a replacé l’emballage au cœur de la sécurité sanitaire du produit. Alors que les poubelles de certaines villes débordent d’emballages alimentaires, la nécessité de repenser et d’optimiser les emballages est omniprésente dans les esprits et les initiatives se développent dans les rayons. Alors que de plus en plus de marques reviennent à l’emballage carton (exemple marque Madrange du Groupe Cooperl[iii]), Danone annonce lui sa sortie du polystyrène pour l’ensemble de ces pots de yaourts d’ici 2025[iv]. Bonne nouvelle également, d’après une étude de Trivium Packaging et Boston Consulting Group, 74% des consommateurs seraient prêts à payer davantage pour un emballage durable[v].

A VOUS DE JOUER :

ATLANTIC SANTÉ VOUS ACCOMPAGNE

L’ALIMENTATION VÉGÉTALE SE DÉMOCRATISE

LA VALORISATION DES PRODUCTEURS

Les initiatives des marques et des coopératives sont nombreuses (mais insuffisantes) pour valoriser le travail des producteurs et des transformateurs. Dernier exemple en date, la nouvelle gamme « Engagé »[vii] lancée par Leclerc. Cette nouvelle gamme de produits frais responsables offre trois garanties : une meilleure rémunération pour soutenir les éleveurs et producteurs français, des pratiques en faveur du bien-être animal et des produits sans OGM et/ou sans traitement antibiotique.

Les régimes alimentaires plus respectueux de l’environnement sont un objectif dans l’esprit de nombreux européens. Xerfi a dévoilé les résultats de son étude sur le marché des substituts aux protéines animales[vi]. Les ventes ont augmenté de 11% sur l’année 2019 et de nouvelles marques arrivent chaque jour sur ce marché. Espérons que l’offre de plus en plus vaste de produits végétaux aidera les consommateurs à végétaliser progressivement leur alimentation.

L’IMPACT DE LA VÉGÉTALISATION SUR LA CONSOMMATION DE LAIT

Produits phares de nos terroirs français et pour lesquels les prises d’engagement et la valorisation des producteurs est souvent communiquée, le lait et les produits laitiers constituent un élément essentiel à l’équilibre nutritionnel d’un régime fléxitarien ou végétarien. Sources notamment de calcium et de vitamine D, les produits laitiers retrouvent toute leur place au sein de régimes de plus en plus végétaux. Une nouvelle étude OpinionWay pour Lactel, leader du lait de consommation en France, permet de se rassurer : les parents flexitariens ou végétariens restent majoritairement attachés au lait pour leurs enfants. En effet, d’après les résultats de l’étude dans les foyers où au moins un parent a diminué sa consommation de produits d’origine animale (ou on peut même remplacer par au moins un des parents est flexitarien ou végétarien), 61% des enfants ont augmenté ou maintenu leur consommation de lait au cours des cinq dernières années, 71% pour le fromage et 75% pour les yaourts. [viii]

L’ENGAGEMENT NÉCESSAIRE DES ENTREPRISES

On le sait, les consommateurs sont dans l’attente de prise d’engagement de la part des entreprises. Depuis quelques années, les prises de paroles et les actions ponctuelles se développent pour mettre en lumière les valeurs et les volontés de changement des entreprises. Il est aujourd’hui temps de s’affirmer au-delà d’une action marketing dans un mouvement plus global d’amélioration de l’offre alimentaire et de l’impact sociétal des entreprises. Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à s’engager dans cette voix, comme Danone qui proposera lors de sa prochaine assemblée générale de devenir la première entreprise à mission du CAC40[ix].

RENDEZ-VOUS AU SIAL 2020

Si la question de l’alimentation durable vous intéresse, rendez-vous au SIAL 2020 lors de la conférence « from fram to fork » pour tout comprendre de la nouvelle stratégie alimentaire européenne. Deux ans après L’AtlternativeFoodForum organisé par Atlantic Santé et Nutrimarketing, les prévisions annoncées en 2018 se sont-elles réalisées ? Un nouvel entretien de la série d’interviews par Atlantic Santé est disponible :

Entretien 4 : Philippe Goetzmann : les « engagements des distributeurs pour une meilleure alimentation »

QUELS PRIX POUR LES PRODUITS DE DEMAIN ?

La question de l’accessibilité à la nourriture saine est primordiale. Cependant de nombreux freins sont encore présents et notamment le prix des produits. Alors que l’on considère en général que le prix d’un produit bio est plus cher de 30% par rapport à un produit conventionnel, en réalité l’augmentation pourrait s’élever à 75% selon une étude réalisée par le magazine Linéraires [x]. La diminution de l’utilisation de pesticides souhaitée par la nouvelle stratégie européenne saura-t-elle préserver les produits d’une augmentation rapide de prix ? Si on ajoute à cela des ingrédients locaux et des emballages durables, l’accessibilité aux produits alimentaires est une problématique primordiale pour les années à venir.

Post Philippe Goetzmann-01.jpg
      ACTU

Atlantic Santé et Berceau magique s’associent pour lancer BEBE INFO SERVICE
C’est dans le contexte inédit de pandémie Covid-19 que le projet de BEBE INFO SERVICE, une plateforme dédiée aux futurs ou jeunes parents a été lancé.
Notre objectif est de répondre à leurs nombreuses interrogations au sujet de leur santé et celle de leurs bébés, ainsi que sur les domaines essentiels au bien-être physique ou psychologique tels que l’hygiène, l’alimentation, l’habitat, le sommeil et l’éveil.
Autant de questions que les parents pourront adresser 24h/24h via un formulaire sur le site web Bebe-info-service.com, ou bien directement par téléphone au 0 800 729 729 (appel gratuit, du lundi au vendredi, de 9h à 18h).

ulule.3XxjG0LscJbx.png
Post Céline-01.jpg
Post Guillaume Garot-01.jpg
Post Marie-Pierre MEMBRIVES-01.jpg